À propos

La vitesse, par exemple la rapidité de l’information, réduit et abolit les distances géographiques. Nous sommes ainsi confrontés à la vieillesse du monde, c’est-à-dire à l’épuisement d’un monde fini. C’est une question centrale, au cœur de mon travail depuis 1977, qui débouche sur ce que j’ai appelé « l’écologie grise » pour la distinguer de « l’écologie verte ». Il existe non seulement une pollution de la nature – des substances telles que l’air, l’eau, la flore et la faune – mais aussi une pollution de « la grandeur nature » du globe qui affecte les distances géographiques.

Paul Virilio, « L’ère de la vitesse et des grandes migrations », In Revue Études (2009/2)