L’arsenal réconcilié

Paul Virilio expliquait que l’arsenal était la première université du désastre. Lors du colloque « Sites Industriels de l’armement, histoire et devenir » qui s’est déroulé à Châtellerault en septembre 2019, je suis intervenu à propos de l’arsenal de Rochefort.

Il s’agissait pour moi de mettre à l’honneur le paysagiste Bernard Lassus avec le jardin des retours qui entoure la corderie royale.

Pour voir toutes les interventions du colloque.

Pour aller plus loin sur Bernard Lassus et le Jardin des retours.

Chronique d’un rivage habité

Intervention au colloque Architecture évolutive/Réversible de l’école d’architecture de Rennes des 7 et 8 février 2020.


Résumé

La prise en compte des rythmes sociaux et environnementaux sur les littoraux urbanisés pourrait ouvrir un nouveau champ d’action en architecture. Il s’agit ici de repenser l’urbanisme littoral à partir des usages en questionnant les notions de permanence architecturale, de détermination programmatique, d’adaptation et de réversibilité. Pour ce faire, nous partons de trois situations explicitées par des exemples : 1- la permanence indéterminée, 2- la fluctuation rythmique et 3- l’accident irréversible. Le croisement de ces trois situations permet d’en déduire une dernière : 4- des « formes relationnelles » qui peut être comprise comme l’extension de la dimension architecturale à l’échelle des systèmes rythmiques que nous rencontrons sur le littoral urbanisé.

Mots-clés

Architecture, littoral, patrimoine, adaptation, rythme


La conception architecturale peine à intégrer les rythmes de vie. Certaines collectivités territoriales françaises ont mis en place des politiques temporelles efficientes pour les usages sociaux dans l’accès aux services publics ou en matière de mobilité mais l’architecture reste étrangement absente de ce questionnement, et ce malgré une ambition actuelle dans l’architecture évolutive, voire réversible, comme dans le cas des tours réversibles Black Swan à Strasbourg (2017) ou du pôle éducatif Molière aux Mureaux (2014) prétendant perdurer au-delà de leur programme initial par grande transformation prévisible ou mutualisation des équipements. Pourtant, ces projets concrets paraissent conceptuellement fades par rapport aux exubérantes propositions des décennies 1960-70 avec Instant City du groupe Archigram, Fun palace de Cedric Price ou encore Collage City de Colin Rowe et Fred Koetter.

Pour aborder l’intégration des rythmes dans l’architecture, voici alors quelques constats d’un praticien travaillant sur un littoral urbanisé, celui de la Charente-Maritime : La description de trois situations construites de bord de mer, présentant « des architectures sans architecte », permet d’en déduire une quatrième, par association des trois précédentes, qui éclaire ce sujet.

Situation 1 : la permanence indéterminée

Plan du rez-de-chaussée du Fort Boyard, Génie (non daté), archives UDAP 17.
Capture d’écran d’une version étrangère du jeu télévisé Fort Boyard (2018), crédit photographique Jean Richer.

L’architecte des bâtiments de France que je suis travaille à la fois sur des ensembles urbains protégés et sur du patrimoine bâti. Or, souvent l’étude des plans de ces bâtiments anciens frappe par l’indétermination programmatique de leurs espaces. De nombreuses pièces n’y sont pas nommées et leur caractère répétitif peut laisser à penser à une vacance de programme. Prenons l’exemple du Fort Boyard dans la Mer des pertuis (Charente-Maritime) qui est pourtant un bâtiment de l’époque moderne (conçu au XVIIIe s. et construit au cours du XIXe s.). Sa forme géométrique abstraite (deux corps parallèles reliés par des musoirs) abrite des petites cellules initialement prévues pour des pièces d’artillerie mais sans réel raisonnement poliorcétique. Ce dispositif sériel n’aura jamais réellement servi comme élément de fortification mais tout d’abord en prison, ensuite en vague fortin et aujourd’hui il accueille un jeu télévisé populaire. Une certaine indétermination spatiale des espaces intérieurs aura permis d’accueillir ces diverses fonctions dont l’imprévisible jeu.

Les études historiques montrent que le patrimoine monumental bâti se révèle étonnamment adaptatif avec des programmes qui se succèdent à fil des époques avec des modifications architecturales souvent sommaires par rapport aux bouleversements programmatiques. L’autre trait d’un monument est naturellement sa permanence qui aujourd’hui est renforcée par les politiques de protection et de conservation. Si beaucoup de monuments ont disparu (irrémédiablement dénaturés ou détruits), une forme de survivance monumentale peut surprendre même durant les périodes historiques les plus troublées. D’anastylose en transformation, les monuments perdurent et il faut comprendre que leur permanence n’est due qu’à un entretien régulier et des campagnes de travaux importantes sans lesquelles ils seraient tombés en ruine.

On retiendra de cette première situation la permanence du monument parfois renouvelée par la reconstruction mais aussi une ouverture programmatique aidée en cela par une forme d’indétermination.  

Situation 2 : la fluctuation rythmique

Saint-Jean-de-Monts (hiver 2012), crédit photographique Jean Richer.
Pulsations nationales d’après les données de téléphonie mobile, mai 2014, crédit Pierre Deville (2014).
Pulsations nationales d’après les données de téléphonie mobile, août 2014, crédit Pierre Deville (2014).

La seconde situation abordée est celle du paysage balnéaire tel que nous le fréquentons en hiver avec des logements inoccupés, les volets clos et les commerces fermés. Cette situation est en réel contraste avec l’exubérance balnéaire estivale où la plage s’anime au rythme des marées, où le front de mer monte en intensité au fil de la journée et les immeubles soudain s’animent. Les rythmes se ressentent particulièrement sur le littoral urbain, certainement plus qu’ailleurs. Ils s’enchevêtrent même entre le rythme quotidien des marées, celui de la semaine et la saisonnalité. Or cette fluctuation rythmique rend particulièrement flagrant la spécialisation des lieux. Les maisons et appartements de vacances vivent au rythme des beaux jours et du calendrier scolaire. On remarquera que ces résidences dîtes secondaires peuvent représenter jusqu’à 80 % du parc immobilier littoral (c’est le cas à l’extrémité de l’Île de Ré d’après la base FILOCOM) pour un usage qui souvent ne dépasse pas quelques semaines dans l’année. Il en va de même pour les commerces et les activités de bord de mer.

Cette spécialisation produit arithmétiquement un stock immobilier au faible taux d’occupation. La situation devient problématique lorsqu’il s’agit de maintenir du logement à l’année pour une communauté locale dont l’activité économique serait moins dépendante du tourisme. Les documents locaux de planification (PLU et SCoT) s’y cassent d’ailleurs les dents. De manière plus générale, cette spécialisation semble peu adaptable aux évolutions contemporaines car la société évolue vite. La croissance des jeunes retraités actifs qui désirent résider au bord de mer à l’année bouleverse aujourd’hui la donne. Certains services, y compris de santé, sont inexistants en hiver. L’évolution du climat avec le renforcement des phénomènes de tempête ou des épisodes de fortes chaleurs va aussi influencer ces mêmes rythmes sociaux.

La variation des rythmes de vie est prise en compte depuis les années 1970 en géographie humaine et en sociologie avec les travaux de Torsten Hägerstrand sur la Time Geography (1970) ou ceux de Kevin Lynch (1971) complétés par ceux de Henry Lefebvre (1992). Cette école de pensée se rattache à la phénoménologie de Martin Heidegger (« Être et Temps », 1927) et de Maurice Merleau-Ponty (« La Phénoménologie de la perception », 1945). En se centrant sur la perception de l’individu et ses déplacements quotidiens, une nouvelle spatialité se révèle au regard et avec elle une autre manière de voir l’usage des constructions. Pourtant le chrono-aménagement, né des politiques temporelles en France – porté par des collectivités comme le Grand Lyon ou la métropole de Rennes-, est une discipline qui peine à émerger.

On retiendra de cette seconde situation la nécessité de prendre en compte les rythmes sociaux dans l’aménagement tout en notant que la spécialisation est souvent source d’une détermination dont l’adaptabilité peut être questionnée.

Situation 3 : l’accident irréversible

Maison à La Faute-sur-Mer suite à l’évènement Xynthia (2010), crédit photographique Jean Richer.
Chantier de déconstruction en zone de solidarité à La Faute-sur-Mer (2012), crédit photographique Jean Richer.

La dernière situation fait face à la finitude. Voici 10 ans exactement, la tempête Xynthia frappait le littoral atlantique français et provoquait des pertes humaines dues à une urbanisation mal contrôlée. Dans les zones de solidarité fortement touchées par l’évènement climatique, l’État français a imposé la déconstruction des habitations pour limiter la vulnérabilité littorale. Or, les dernières projections de l’élévation du niveau des mers effectuées par l’organisation indépendante Climate Central (2019) ont montré que 300 millions de personnes à travers le monde pourraient affronter des inondations ou submersions une fois par an d’ici à 2050. Les côtes françaises ne seront pas épargnées malgré une politique très volontariste de défense des côtes. Les risques et phénomènes naturels varient ici de la submersion par voie de mer pour les côtes les plus basses, l’inondation par les cours d’eau côtiers ou encore l’érosion des dunes et des falaises. En parallèle, la balnéarisation et son imprenable « vue sur la mer » ont considérablement renforcé la vulnérabilité urbaine et déjà, plusieurs sites menacent de partir à la mer comme l’emblématique immeuble Signal de Soulac-sur-Mer. Il faudra s’attendre à des catastrophes dans les prochaines décennies ou bien anticiper dès maintenant la déconstruction et l’éventuelle relocalisation des biens.

« Accidents are already in every building – it is just that we may choose to not see them » (Adrian Forty, 2019) : la catastrophe qui conduit à la destruction d’une construction peut venir de la guerre, d’un risque naturel ou d’un accident technologique. Le philosophe Paul Virilio a fondé une partie de son approche « révélationnaire » sur la finitude, nous enjoignant à regarder la fin irréversible pour mieux penser le début de toute chose. Le principe consistant à « partir de la fin » rappelle ce qui se pratique en matière d’analyse de cycle de vie et de backcasting. Cette dernière méthode se distingue donc de la prospective (forecasting) qui projette dans l’avenir les tendances du passé. Elle se définit selon son inventeur, John B. Robinson (1990) comme une méthode orientée vers le design qui fonctionne « en partant d’un point final déterminé vers le présent afin de déterminer les mesures politiques qui seraient nécessaires pour atteindre ce point ». Le backcasting s’emploie pour atteindre un but voulu, fut-ce l’évitement d’une catastrophe en réorientant les décisions à différents moments. Déjà, des constructions temporaires sont imaginées sur les falaises d’Ault en anticipation de l’érosion galopante. La proposition de loi « Adaptation du littoral au changement climatique » (abandonnée en 2018) prévoyait des outils juridiques novateurs comme les zones d’activité résiliente et temporaire (ZART), une manière de prévoir « la fin de partie » des zones urbaines les plus vulnérables. Cette disposition sera bientôt reprise avec un nouveau permis de construire autorisant « des constructions non pérennes et démontables » dans des zones dites de transition.

Ce n’est donc plus ici la réversibilité programmatique qui est en jeu mais bien celle de l’existence même de l’architecture qui doit restituer le site tel qu’il était avant l’édification. Ce type de réversibilité doit s’envisager dans ces cas précis, à forte vulnérabilité, et la conception architecturale s’en trouve irrémédiablement changée. Elle appelle dès lors des logiques anticipées de démontage, de recyclage ou de réemploi.

Situation 4 : des « formes relationnelles »

Ayant observé les situations une à une, il s’agit maintenant de les croiser.

1+3 = La permanence feinte que la vitesse fait croire

La durée de vie d’une architecture doit être interrogée. Pourtant, nous peinons à percevoir ce rapport d’échelle car la matière même du temps a changé au cours du XXe siècle. Les régimes spatio-temporels des milieux urbanisés ont été perturbés du fait de la désynchronisation des structures temporelles tant individuelles que collectives comme l’a démontré le sociologue Hartmut Rosa. L’accélération généralisée mise en lumière par Paul Virilio a bouleversé les rapports d’échelle temporelle avec l’avènement de la vitesse instantanée et a considérablement réduit l’horizon temporel de nos projections. Si aujourd’hui le GIEC propose des projections climatiques à 2100, quelles sont les politiques publiques qui y tendent réellement ? Elles se limitent pour la plupart à un court-termisme justifié par un environnement incertain. Dès lors, comment construire dans l’incertitude ?

Posons que certaines architectures sont faites pour demeurer tandis que d’autres doivent être pensées dans leur réversibilité. Remarquons au passage que l’industrie aborde la question sans complexe en concevant des bâtiments à la durée de vie déterminée relative à une production spécifique qui s’accompagne de plus d’une forte flexibilité dans l’adaptation des flux. J’observe déjà cette situation avec l’entreprise aéronautique Stelia Aerospace à Rochefort-sur-Mer qui construit des bâtiments industriels à durée de vie courte (parfois moins d’une décennie).

1+2 = vers un contemporain ouvert ?

Alors que l’incertitude grandit sur ce que sera demain – incertitude complexe sous-tendue par les tensions sociopolitiques et la crise environnementale – il convient de se demander si la surspécialisation de nos environnements bâtis ne se fait pas obstacle à elle-même ? Peut-on revenir à l’indétermination passée alors que les dispositifs techniques et les dispositions normatives nous poussent à la spécialisation ? L’engouement actuel pour les tiers lieux capables d’accueillir des activités variées doit nous mettre sur la voie et nous avons certainement plus besoin de flexibilité que d’indétermination.

L’observation des modes de vie doit nous conduire à une rythmanalyse qui serait plus centrée sur l’activité que sur les lieux ; ces derniers devenant des supports à la manière dont les structuralistes du groupe Team X (Aldo Van Eyck en particulier) envisageaient l’architecture. L’analyse des rythmes quotidiens et leur intégration dans le cadre bâti pourraient définir, pour chaque contexte, un agenda des usages. Pour illustrer ce propos, observons que les établissements scolaires (écoles, collèges et lycées) sont vides au moment même où la pression estivale s’applique fortement sur une frange littorale parfois si étroite. Ne pourrions-nous pas imaginer de mutualiser certains équipements littoraux en foisonnant les usages locaux et balnéaires ? Il réside ici une économie flagrante d’espace et une ambition de prise en compte des rythmes qui seraient amenés à repenser l’architecture. Une expérience, bien que modeste, est en cours sur l’Île-d’Aix pour transformer un ancien centre de vacances en lieu d’accueil à l’année avec des formations hors saison et l’hébergement des travailleurs saisonniers l’été.

2+3 = l’emboîtement des cycles et les proportions de temps

Le rapport d’échelle temporelle entre les cycles courts du quotidien et le cycle de vie des constructions empêche souvent de les appréhender simultanément. Le rapprochement devient intéressant lorsque nous en venons à considérer des ensembles urbains plus que des objets. En revenant à l’approche de la Time Geography centrée sur l’individu, nous observons que la mobilité quotidienne de chacun forme un système de lieux fréquentés. Ramenée à une population, la Time Geography décrit un enchevêtrement de systèmes individuels qui forment un système complexe. À nous de savoir identifier les ensembles continus ou discontinus qui forment des systèmes pertinents.

Nous devons changer notre manière de voir l’architecture en favorisant son caractère associatif. Loin du discours dominant qui privilégie l’objet isolé, nous devons rechercher la musicalité et le biorythme des milieux habités. Plus que de rendre souples ou adaptables des programmes isolés, c’est dans un travail fin sur les relations de mitoyenneté, de combinaison et d’association entre les éléments que se trouve la solution. Ce travail sur la relation et sur la combinaison des processus peut se comprendre comme la résonance développée par Hartmut Rosa. À côté de l’architecture de l’espace se déploie dès lors une architecture du temps.

Conclusion pour des formes relationnelles

Frise du faisceau des pensées du temps perçu (2020), crédit Jean Richer.
Vue du vélum urbain de Rochefort-sur-Mer (2018), crédit photographique Jean Richer.

En suivant les rivages urbanisés, nous ressentons fortement l’influence des cycles et des rythmes. Or, nous sommes loin de les appréhender ainsi en architecture. L’invention de la phénoménologie au début du XXe siècle (Husserl, Heidegger), les utopies architecturales des décennies 1960 et 1970 (Archigram et autres), les inventions de la Time Geography(Hägerstrand) et de la dromologie (Virilio) à cette même période, la reprise de la rythmanalyse dans les années 1990 (Lebfèvre) où encore la démonstration de la primauté de l’accélération au début du XXIe s. (Rosa) ne forment pas une école mais plutôt un faisceau d’orientations pour penser le temps. Les origines intellectuelles et géographiques variées de ces pensées ne doivent pas nous faire oublier que des conceptualisations du temps vécu auront traversé le siècle dernier. Pourtant, elles n’auront que peu influencées nos pratiques en matière de conception architecturale et de planification urbaine.

Nous pourrions pourtant reprendre le chemin de la théorie métaboliste japonaise qui se définit comme un processus régénératif entre architecture et planification urbaine où les choses sont considérées comme des formes en perpétuelle évolution dans le temps : « La théorie métaboliste est basée sur deux principes : la diachronie ou la symbiose des différentes périodes de temps […] L’objectif principal du mouvement métaboliste était de présenter ce processus de régénération dans l’architecture et l’urbanisme avec la conviction qu’une œuvre d’architecture ne doit pas être gelée une fois terminée » (Kurokawa, 1992, p. 1). En opposition à la planification statique, les métabolistes proposaient de passer du master plan au master program pour lequel différentes voies sont possibles pour atteindre ses objectifs. L’architecte japonais Fumihiko Maki avançait l’existence de master forms, qui sont au temps ce que les constructions sont à l’espace.

L’urgence environnementale bouleverse nos habitudes. À la suite du « Manifeste accélérationniste » de Nick Srnicek et Alex Williams, il nous revient d’accélérer nos modes de pensée pour créer de nouvelles infrastructures d’action propices à « libérer nos horizons en les ouvrant vers les possibilités universelles du Dehors ». Nous devons rapidement inventer le cadre d’une Deep Adaptation, pour reprendre les termes de Jem Bendell, qui soit résiliente, créative et qui réponde à la non-linéarité des phénomènes à l’œuvre. Il faut dès lors ouvrir l’architecture à une dimension relationnelle et l’inscrire dans le temps. Face aux effets du changement climatique, l’architecte doit dès lors modifier ses modes de conception pour participer à l’adaptation profonde du littoral urbanisé en révélant le caractère relationnel de l’architecture.


Bibliographie

Dameron C. dir., 2017, Prendre en compte le temps dans l’aménagement, guide pratique, Rennes, Tempo territorial.

Deville P., 2014, Dynamic population mapping using mobile phone data, Proc Natl Acad Sci USA, également sur le site de l’Université de Lorraine Première cartographie dynamique de la population à l’échelle nationale à partir de données de téléphonie mobile.

Forty A., 2019, Structural failure : accidents waiting to happen, Architectural Review, Issue 1458, February 2019.

Kurokawa K., 1992, From metabolism to symbioses, Londres, London Academy Editions.

Lefebvre H., 2019 , Éléments de rythmanalyse : Introduction à la connaissance des rythmes, « Collection « Rhizome », Paris, Eterotopia.

Lynch K., 1976, What time Is this place ?, Cambridge, MIT Press.

Maki F., 1964, Investigations in collective form, Washington, Washington University.

Robinson, John B. 1990. Futures under glass : a recipe for people who hate to predict Futures, vol. 22, issue 8, pp. 820 – 842.

Rosa H., 2010, Accélération, une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Virilio P., 1977, Vitesse et politique : Essai de dromologie, collection « L’espace critique », Paris, Galilée.

Williams A., Srnicek N., 2014, Manifeste accélérationniste, Multitudes, vol. 56, no. 2, pp. 23-35.

La lumière ascendante

Paul Virilio marche sur le quai. Le regard droit et les mains enfoncées dans les poches de son gilet de reporter. Il assène ses phrases avec conviction sur la fin de la géopolitique, la submersion des seuils littoraux et la grande migration climatique à venir. Voilà l’image renvoyée par ce penseur de la vitesse à la caméra d’Axelle Poisson en 2009. Nous gardons cette image de l’homme marchant sur un quai de La Rochelle.

1/ De maître verrier à architecte et essayiste.

« Mon origine, c’est la guerre. La guerre a été à la fois mon père et ma mère. Le propre de la guerre c’est de coincer un personnage sur son drame. D’une certaine façon, à partir de 47-50, je n’ai pas vécu. Tout ce qui m’a constitué s’est produit avant. Voilà, à dix ans je suis devenu un vieux monsieur, un war baby, comme Perec et d’autres ». À la libération, il dit s’être précipité à Saint-Nazaire pour voir la mer et s’y baigner. Il y découvre « des objets bizarres, comparables aux statues de l’île de Pâques, en attente devant l’infini marin ». Les bunkers deviennent dès lors les objets transitionnels de sa pensée.

Il devient maître verrier, s’intéresse à la transcription de la peinture en vitrail et travaille avec des peintres comme George Braque, Henri Matisse, Léon Zack ou Serge Rezvani. Parallèlement, il suit en auditeur libre les cours des philosophes Vladimir Jankélévitch, Raymond Aron et Merleau-Ponty. En 1958, Paul Virilio débute ses recherches archéologiques sur le Mur de l’Atlantique. Ce travail initiatique le conduira à produire une exposition au musée des Arts décoratifs de Paris (1975) et un livre devenu incontournable : Bunker archéologie. La création du groupe Architecture Principe en 1963 avec l’architecte Claude Parent, le sculpteur Morice Lipsi et le peintre Michel Carrade, verra la publication du manifeste sur la fonction oblique : « une culture du corps qui joue sur le déséquilibre, qui considère que l’homme n’est pas statique, mais en mouvement et que le modèle de l’homme, c’est le danseur ». La fonction oblique trouvera son expression dans la réalisation de l’Église Sainte Bernadette du Banlay à Nevers (1963-1966).

L’enfance à elle seule peut-elle expliquer l’attrait du maître verrier pour l’opacité des bunkers ? La visite de l’église donne un élément de réponse. L’édifice ressemble de l’extérieur à un blockhaus en béton brut. Les deux plans inclinés intérieurs se terminent à leur extrémité en large porte-à-faux sur l’extérieur tandis que d’épaisses coques de béton referment les volumes. Dans cet antre obscur, deux fentes de lumière jaune sont ménagées dans les dalles en limite des porte-à-faux de telle manière que la lumière monte du bas vers le haut et léchant les voiles de béton. Contrairement à la fente zénithale qui surplombe le pli reliant les deux plans obliques, la lumière provenant des extrémités est parcimonieuse et ascendante. Elle appelle irrésistiblement un sentiment d’élévation et à l’éclosion de la forme du bunker que l’on croyait fermée.

Après la publication de son premier essai L’insécurité du territoire : essai sur la géopolitique contemporaine (1976), bien d’autres suivront dont les titres éclairent à eux seuls sa pensée : Vitesse et Politique (1977), L’espace critique (1984), Esthétique de la disparition (1989), La vitesse de libération (1996) L’université du désastre (2007), Le futurisme de l’instant (2009). La question de la vitesse, épuisant le monde fini, le conduit à penser l’écologie grise pour la distinguer de l’écologie verte : « Il existe non seulement une pollution de la nature – des substances telles que l’air, l’eau, la flore et la faune – mais aussi une pollution de la grandeur-nature du globe qui affecte les distances géographiques. »

En 2002, il organisa la première exposition sur l’accident à la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain à Paris : Ce qui arrive. Elle expose les accidents, des catastrophes naturelles aux sinistres industriels, comme expressions de la modernité où la vitesse est vécue comme facteur d’incarcération. La thèse est simple : tout progrès fait naître son propre accident ; l’invention de l’avion conduit à l’invention du crash. La pensée de Paul Virilio a alors pu apparaître sombre et fataliste.

La question que je me pose aujourd’hui est de savoir si Paul Virilio était un collapsologue avant l’heure ? Oui, d’une certaine manière, dans la mesure où il prévenait des dangers de l’accident global pour mieux l’éviter. Il était habité par l’eschatologie et il suffit pour cela de se souvenir de l’aspect brutal de Sainte Bernadette. En réponse au désastre dont il voulait créer une université, il tendait en même temps vers une transcendance lumineuse.

Sainte Bernadette du Banlay à Nevers (France), vue intérieure (crédit Jean Richer, 2019)

2/ D’autres penseurs ont abordé la vitesse durant la seconde moitié du XXe siècle.

Le philosophe français Gaston Bachelard, introduisit dès 1950 dans La dialectique de la durée l’analyse des rythmes de vie baptisée rythmanalyse. Le propos fut repris par Henri Lefebvre et Catherine Régulier dans Le projet rythmanalytique (1985). Ils résolurent le conflit entre une vision cyclique et linéaire du temps en replaçant le rythme au cœur de la vie quotidienne et en le considérant comme la somme de ces deux processus temporels.

Nombre d’auteurs ensuite – comme le géographe anglais David Harvey ou le sociologue espagnol Manuel Castells – ont postulé une mutation de la grandeur géographique, au cours de la période moderne, sous l’effet conjoint de la restructuration de l’économie mondiale et du développement des réseaux de communication. David Harvey a montré le changement radical de notre expérience du temps et du milieu urbain. Manuel Castells, quant à lui, précisa le passage de « l’espace des lieux » à « l’espace des flux », ce dernier étant avant tout caractérisé par une organisation dépourvue de centre, fonctionnant en réseau au sein d’une gouvernance instable.

Dans Modern Times, Modern Places (1999), le critique australien Peter Conrad plaçait l’accélération du temps comme événement fondamental de la modernité, propos repris et développé par le sociologue Hartmut Rosa dans Accélération, une critique sociale du temps (2010) tandis que le sociologue polonais Zygmunt Bauman dévoilait un Présent liquide (2007) dont l’expérience décisive est celle de la simultanéité d’événements et de processus hétérogènes. Harmut Rosa, sociologue de l’école de Francfort, est celui qui a théorisé le plus précisément la question du temps ces dernières années. Il décrit les conséquences de l’accélération : « Les structures temporelles de la modernité tardive semblent se caractériser dans une large mesure par la fragmentation. C’est-à-dire par la décomposition des enchaînements d’actions et d’expériences en séquences de plus en plus brèves, avec des zones d’attention qui se réduisent constamment ».

Paul Virilio fut l’héritier de la pensée de Bachelard et le contemporain de Lefebvre. La question temporelle s’imposa dans le débat urbain au tournant du XXIe siècle et Virilio y contribua très activement par l’ampleur de son œuvre. Toutefois, il n’a pas fait école au sens où peu d’auteurs se réclament de lui. Le choix de la forme littéraire, l’essai, doit alors être remarqué. Cette facture libre, à laquelle Montaigne a donné en France ses lettres de noblesse, ne doit pas faire oublier l’autre sens de l’essai : l’opération par laquelle on s’assure des qualités ou de la manière d’utiliser quelque chose ; essais en laboratoire, test, banc d’essai. Virilio était en fait un pilote d’essai qui n’essayait pas des prototypes d’avions mais des concepts philosophiques. Solitaire et vigilant, il observant l’horizon depuis son cockpit virtuel.

Batterie d’artillerie Kora-Karola sur l’Île de Ré (France), Hommage à Paul Virilio le 2 avril 2019 dans une tourelle désaffectée (crédit Jean Richer, 2019)

3/ À l’heure de l’anthropocène, l’horizon de l’effondrement s’impose de plus en plus dans le débat.

Collapsologues et autres effondristes exposent les données scientifiques dont l’augmentation des températures, l’épuisement des ressources énergétiques, le doublement de la population mondiale en un siècle propres à provoquer un effondrement. L’historien américain Jared Diamond s’était penché sur l’effondrement de civilisations antiques et médiévales dans Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie (2004) en insistant sur la composante environnementale de ces événements.

Depuis 2015, deux chercheurs français, Pablo Servigne et Raphaël Stevens, ont affirmé la collapsologie dans Comment tout peut s’effondrer avec le désir de fonder une véritable science appliquée et transdisciplinaire de l’effondrement. Cette démarche n’est pas sans rappeler l’Université du désastre voulue par Paul Virilio. En réaction au risque d’effondrement, les survivalistes apprennent à s’alimenter par eux-mêmes ou entassent de boîtes de conserve dans des bunkers… Ce qui devait faire bien rire Virilio.

Voici donc ce qui semble les deux voies des temps présents : l’accélération des rythmes de vie et l’effondrement du milieu provoquant une extinction. Les penseurs néomarxistes anglais Nick Srnicek et Alex Williams ont relancé la question du temps en 2013 en publiant leur manifeste Accélération !. Il commence en ces termes : « En ce début de seconde décennie du XXIe siècle, la civilisation globale doit faire face à une nouvelle espèce de cataclysme. Les apocalypses à venir rendent ridicules les normes et les structures organisationnelles de la politique… ». Ils proposaient, en réponse, une accélération de la pensée : « Ce vers quoi nous pousse l’accélérationnisme, c’est vers un avenir qui soit plus moderne (…). Il faut casser la coquille de l’avenir une fois encore, pour libérer nos horizons en les ouvrant vers les possibilités universelles du Dehors. » En d’autres termes, ils proposaient cette vitesse de libération dont parlait Virilio dès 1995.

La pensée de Paul Virilio reste donc plus que jamais d’actualité. La distinction entre néomarxismes, collapsologues d’un côté et la dromologie inventée par Virilio de l’autre pourrait naître du sens du sacré absent chez les uns et sans cesse sous-jacent chez lui. L’attrait surprenant des bunkers – cette illusion du rempart – pour un jeune maître verrier nous met sur la voie. Cette opposition entre la masse immobile et la lumière renvoie à un temps détemporalisé par l’immobilité fulgurante dans laquelle les deux perspectives s’assemblent dans une forme de simultanéité.

L’eschatologie était présente chez Paul Virilio en partant du principe que toute rupture dans la continuité est un accident, à commencer par la guerre, et que tout accident peut être fatal. Pourtant, ce n’était pas un prédicateur de l’apocalypse car il croyait en une forme d’évitement par anticipation de l’accident. Pilote d’essai philosophique, il appelait à la rédemption profane et sacrée d’un monde obsédé par la vitesse. Un des enjeux de notre époque ne serait-il pas de dépasser les postures historiquement opposées – entre l’immanence marxiste et la transcendance sacrale par exemple – et d’accepter la simultanéité des altérités ? De leur alliance viendront certainement les réponses aux graves crises que nous traversons.

Batterie d’artillerie Kora-Karola sur l’Île de Ré (France), Poste de direction de tir (crédit Jean Richer, 2018)

Article initialement paru dans la revue italienne de philosophie Alfabeta2 sous le titre « Paul Virilio, la luce ascendente » (2019).

La lumière divine

Vitrail

Paul Virilio a commencé à travailler à l’Atelier de Vitrail d’Adeline et Paul Bony, où il s’est intéressé à la transcription de la peinture en vitrail.
« J’ai appris que chez Paul Bony, un atelier important pour le vitrail, on cherchait des maîtres verriers. Une formidable opportunité qui m’a permis de côtoyer Le Corbusier, de travailler avec Braque pour Varengeville ou surtout avec Matisse pour la chapelle de Vence. Je me retrouve ainsi dans ce qu’on appelle « les traductions » : les artistes viennent à l’atelier pour que l’on traduise certaines de leurs œuvres en vitrail, technique qu’ils ne maîtrisent pas. Pour moi, après l’effervescence de Montparnasse, c’est un véritable plaisir de traduire dans le verre et le plomb des dessins d’artistes que j’admire. »
En 1950, Paul Virilio se convertit au christianisme. L’après-guerre voit un renouveau de la foi dans cette Île de France qui se relève à grand-peine.

« Mon père était communiste, ma mère catholique mais je n’étais pas baptisé et nous étions une famille laïque. Je vais à la rencontre d’un prêtre-ouvrier qui s’occupait d’immigrés et habitait La Plaine Saint-Denis. C’est par lui que j’entre dans la foi. »

Il réalise avec Henri Déchanet, les vitraux de l’église Notre Dame des Pauvres, d’Issy-les-Moulineaux, dessinés par le peintre Léon Zack et réalisé dans l’atelier du peintre, rue de la Vieille Forge à Vanves, puis ceux du Couvent de la Clarté Dieu à Orsay, dessinés par Serge Rezvani.

« Malgré ses mille ans d’âge, le vitrail demeure donc d’actualité, ouvert directement, physiquement, sur les profondeurs d’un ciel, dont l’exploration sensible est à inventer. »

Il continue à peindre, et travaille sur une série d’huiles sur toiles « les Antiformes », dirige une galerie de peinture, rue de l’Ancienne Comédie (Paris 6e) et suit en auditeur libre les cours de Vladimir Jankélévitch, de Raymond Aron, de Merleau-Ponty, mais aussi ceux des physiciens Louis de Broglie et René Thom.Il crée en 1955 un atelier de vitrail avec sa femme Dominique, rue Rousselet (Paris 6). Ils y interprètent lesœuvres de peintres comme Zack, Poliakoff, Rezvani, Carrade, Kay Sato, Jean Piaubert, Raoul Ubac, Bissières…

« L’art sacré représentait une forme de paix intérieure et ce n’est pas par hasard si mon engagement dans ce monde-là avait été précédé, peu de temps avant, par ma conversion au christianisme. »

En 1956, Il réalise les vitraux de l’église paroissiale Saint Nicolas à Oye-et-Pallet, dessinés par Serge Rezvani puis est appelé dans les Aurès pendant la Guerre d’Algérie. Fin de la période du Vitrail pour Paul Virilio.


Les citations de ce texte sont tirées d’une courte autobiographie que Virilio avait préparée. Les dates ont été vérifiées par sa fille Sophie Virilio.


Visites

Sur les pas de Paul Virilio vitrailliste, j’ai été visité Notre Dame des Pauvres (Issy les Moulineaux) et la Clarté Dieu (Orsay ville). La seconde a retenu mon attention pour deux raisons.

Lien vers la galerie de photographies

Premièrement, la nef sombre surprend par son absence de décor ou presque. Seules deux verrières verticales flanquent la nef de la chapelle. Ces grands vitraux dessinés par Serge Rezvani sont des entrelacs de lumières colorées allant du brun au parme. Hormis ce décor, le reste de l’édifice conventuel se caractérise par une grande retenue due à l’emploi d’un béton blanc et brut. Dix ans avant Sainte Bernadette du Banlay, Virilio qui n’est pas encore architecte, se confronte à une architecture brute qui restera certainement pour lui une référence.

Ensuite, le propos est plus personnel. Il se fait que j’ai fait mon éducation religieuse dans ce couvent, sous la lumière d’un vitrail façonné par Henri Déchanet et l’homme auquel je consacre désormais une thèse.


Lien vers un article de Claire Vignes-Dumas sur Notre Dame des Pauvres.

Lien vers la notice d’Annabel Rémy sur la Clarté Dieu

Table ronde New-yorkaise

La revue New-yorkaise Brooklyn Rail a organisé le 30 October 2018 une projection de film suivi d’une table-ronde en l’honneur Paul Virilio et de son influence sur une génération de penseurs.

Introduite par Nichols Goodeve, la soirée a débuté par une projection du court métrage « Itineraries of Catastrophe »  – une conversation entre Virilio et Sylvère Lotringer. La table-ronde animée par Paul D. Miller (alias DJ Spooky, un artiste multimédia) était composée de McKenzie Wark (enseignant en culture et média), Thyrza Nichols Goodeve (éditorialiste) et David Levi Strauss (enseignant en littérature et grand ami de Paul Virilio).

La rencontre est a écouter sur le plateforme Youtube :

A Tribute to Paul Virilio

Tempo Virilio

Voici une recherche doctorale qui a commencé en octobre 2019 au sein du laboratoire ACS de l’école nationale supérieure d’architecture de Paris Malaquais. Paul Virilio a été mon enseignant à l’école spéciale d’architecture et sa pensée m’a toujours accompagné au point qu’elle me pousse aujourd’hui à entreprendre la présente recherche.

À l’heure où certaines des « prémonitions » du philosophe Paul Virilio se réalisent – tel la perte de la grandeur géographique ou encore la fatalité de l’accident -, il convient d’interroger la notion d’écologie grise qu’il a forgée comme objet de recherche au sein de la discipline architecturale, en suivant quatre axes de réflexion :

1. La description de « l’écologie grise » dans l’évolution de la pensée de Paul Virilio tels que ses ouvrages, textes et expositions peuvent la décrire sur quatre décennies (1970-2010).
2. La vaste traversée qu’elle opère des champs disciplinaires allant du sport, à la danse, aux arts plastiques, à l’architecture jusqu’à la géopolitique.
3. La place toute particulière laissée à l’image dans son œuvre, qu’il s’agisse de ses photographies de bunkers (Bunker archéologie, 1975), de son enseignement par l’image mentale ou encore de son rapport privilégié avec les arts plastiques.
4. L’enseignement de l’architecture comme appel à dépasser les frontières propres à cette discipline.

Ces quatre axes ne sont pas à prendre isolément car ils constituent un corpus propre à saisir une période historique et au-delà la singularité d’une pensée où la fabrication de nombreux néologismes est le marqueur d’une volonté d’affirmer un changement de paradigme.