Tempo Virilio

Voici une recherche doctorale qui a commencé en octobre 2019 au sein du laboratoire ACS de l’école nationale supérieure d’architecture de Paris Malaquais. Paul Virilio a été mon enseignant à l’école spéciale d’architecture et sa pensée m’a toujours accompagné au point qu’elle me pousse aujourd’hui à entreprendre la présente recherche.

À l’heure où certaines des « prémonitions » du philosophe Paul Virilio se réalisent – tel la perte de la grandeur géographique ou encore la fatalité de l’accident -, il convient d’interroger la notion d’écologie grise qu’il a forgée comme objet de recherche au sein de la discipline architecturale, en suivant quatre axes de réflexion :

1. La description de « l’écologie grise » dans l’évolution de la pensée de Paul Virilio tels que ses ouvrages, textes et expositions peuvent la décrire sur quatre décennies (1970-2010).
2. La vaste traversée qu’elle opère des champs disciplinaires allant du sport, à la danse, aux arts plastiques, à l’architecture jusqu’à la géopolitique.
3. La place toute particulière laissée à l’image dans son œuvre, qu’il s’agisse de ses photographies de bunkers (Bunker archéologie, 1975), de son enseignement par l’image mentale ou encore de son rapport privilégié avec les arts plastiques.
4. L’enseignement de l’architecture comme appel à dépasser les frontières propres à cette discipline.

Ces quatre axes ne sont pas à prendre isolément car ils constituent un corpus propre à saisir une période historique et au-delà la singularité d’une pensée où la fabrication de nombreux néologismes est le marqueur d’une volonté d’affirmer un changement de paradigme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.